Renaud
Auguste-Dormeuil
Exhibition view - I was There, Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris, 2012
Exhibition view - I was There, Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris, 2012

Renaud Auguste-Dormeuil
Exhibition view - I was There, Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris, 2012
Best Wishes
© Marc Domage

Renaud Auguste-Dormeuil
Exhibition view - I was There, Galerie in situ - Fabienne Leclerc, Paris, 2012
Best Wishes

1/2

 

    Un black-out désigne une coupure d'électricité à large échelle, et, en temps de guerre, une réduction de l'éclairage ou le silence imposé pour protéger un lieu d'une attaque ennemie. Les villes d'Europe furent fréquemment plongées dans l'obscurité du fait des black-out pendant la seconde guerre mondiale.


    Par extension, il désigne aussi une perte momentanée de mémoire après avoir consommé de l'alcool ou de la drogue.


    Il n'existe pas d'image sans lumière. Le cinéma et la photographie sont des techniques qui permettent de fixer des images sur une pellicule par exposition à la lumière. La chambre noire, camera obscura, rend possible cette captation en restreignant la lumière extérieure, de façon à ce que les rayons lumineux n'entrent que par un seul point.


    Le projet Black Out interroge - a contrario - la possibilité de créer une image non pas à partir de la lumière, mais à partir de la présence de l'obscurité. La fonction de la caméra obscura n'est plus alors de révéler la lumière mais bien au contraire de l'empêcher de rentrer.


    La proposition du projet Black Out est d'éteindre les lumières de la nuit (skyline) de grandes capitales mondiales depuis un lieu offrant une vue panoramique. Chaque point lumineux est occulté par un point noir posé sur la surface vitrée de la fenêtre, jusqu'à ce que les lumières de la ville disparaissent peu à peu. Ce travail d'effacement de la lumière extérieure est réalisé de nuit.


    Le black-out peut être expérimenté à n'importe quelle heure de la journée par le public. Le jour levé, la baie vitrée se transforme en une carte des lumières de la nuit : les points noirs qui masquent le skyline la nuit marquent, en plein jour, l'emplacement de ces lumières nocturnes, telle une image en « négatif ».


    Mais c'est la nuit qu'il trouve sa raison d'être en tant que projet artistique triplement nocturne : réalisé de nuit, destiné à révélé l'obscurité et trouvant paradoxalement sa meilleure visibilité entre le crépuscule et l'aube.


    Tandis que de nuit, la présence du spectateur sur les lieux est la condition sine qua non de l'activation de l'oeuvre, de jour, une photographie fixera la cartographie des lumières effacées.

 

    La série photographique Blackout est constituée des photographies de jour de l'ensemble des baies vitrées.

 

Catalogue Renaud Auguste-Dormeuil : "Include me Out",  MAC/VAL Museum Edition