Vivien Roubaud - Univers encapsulés | Vivien Roubaud
Le Creux de l'Enfer

Pour son exposition personnelle au Creux de l?enfer, Vivien Roubaud déploie au rez-de-chaussée une installa-tion tentaculaire propre aux dimensions de l?espace, Désiphonnage, faite de matériaux récupérés. Ce complexe assemblage d?éviers, de baignoires et de tuyaux, forme un réseau inédit de circulation d?eau prélevée dans la rivière de la Durolle, longeant le centre d?art. Ainsi, Vivien Roubaud nous fait découvrir des ?univers encapsulés? utilisant la force motrice de l?eau ou la force centrifuge. En effet, à l?étage, entièrement bercé et animé par un jeu d?ombre et de lumière en mouvement, brillent trois lustres en rotation autour de leur axe, dans des sphères gonflables connectées entre elles: Gonflables, contrepoids, transmission scooter électrique, lustres à pampilles, collecteur tournant, chaine de moto, vingt-quatre volts. Plus loin, sur un mur préservé de cette agitation constante, des stalactites calcaires reliées à un micro système de goutte-à-goutte poursuivent leur croissance, presque invisible. Soit autant de phéno-mènes et d?instants que l?artiste aura reconditionnés et isolés, proposant un regard distancé sur leur statut habituel.

Dans son mode opératoire, Vivien Roubaud s?intéresse aux objets et aux principes de fonctionnement des machi-nes issues de notre quotidien, ainsi qu?aux mélanges d?épo que et de style (il utilise des lustres à pam pilles anciens et leur insuffle des mouvements motorisés). Quand il travaille avec des matières minérales, il élargit le champ des possibles jusqu?à l?appropriation délicate de ces sédiments. Son projet composé de stalactites pré -levées dans des bâtiments désaffectés, fonctionne comme un sablier mesurant le passage du temps à une échelle imperceptible pour l?être humain. Ces ?objets? servent de matière première à ses créations et se trouvent déman-telés pièce par pièce, afin d?en récupérer certains prin-cipes et de les hybrider sans retenue. Vivien Roubaud esquisse nombre de notes et de cro -quis en vue de bâtir une machine expérimentale, à partir d?élé ments glanés et recombinés. Dans son titre même, Désiphonnage souligne avec humour la folie des projets menés par l?artiste ? en effet, faut-il bien être ?siphonné? pour se lancer dans un tel ouvrage! Vivien Roubaud déjoue ainsi les programmes qui animent machines et objets industriels, afin de créer des prototypes d?un autre genre. En ce sens, les ?uvres de l?artiste font souvent perdre leur usage premier aux objets qu?elles recyclent pour en extraire une substance capable de pro duire des instants poétiques.

La démarche de l?artiste consiste à reconsidérer le monde qui l?entoure et à aiguiser son regard quoti-diennement. Il s?agit par exemple de dégager les possibi-lités que renferme chaque élément, à la manière d?un bri coleur. Bricoler, c?est-à-dire se débrouiller avec ce qu?on a sous la main et faire preuve d?inventivité pour imaginer un prototype et le faire fonctionner. En effet, chaque ?uvre de Vivien Roubaud nous interpelle de par sa capacité à créer des associations et des connexions inat-tendues entre divers matériaux.A cet égard, les surprenantes légendes qui accompagnent ses créations nous aident à décrypter les composantes utilisées par l?artiste, et saisir leur logique d?agencement. À l?instar de Coton, verre, quarante-cinq volts, atmosphère protégée, dont la dentelle manufacturée devenue carboni-sée sert de conducteur d?électricité, et s?appuie sur le modèle de fabrication des lampes incandescentes inventées par Joseph Swan et Thomas Edison au XIXe siècle.Mais au-delà de leur aspect purement technique, les expérimentations de Vivien Roubaud ramènent la mécanique du côté des vivants. Si Désiphonnage apparaît visuelle-ment comme un détournement connectant un vaste réseau de plomberie à la rivière de la Durolle pour créer une fontaine au milieu de l?espace d?exposition, l??uvre peut aussi s?interpréter comme un système gastrique ou un organisme en phase de digestion, traversé de borbo-rygmes. Les vasques utilisées sont recouvertes de mousse et de sédiments liés aux intempéries. Ils font écho aux phénomènes naturels et donnent un aspect intemporel à la sculpture. Mais plus qu?une expérience rétinienne, les ?uvres de Vivien Roubaud se révèlent aussi par leur dimension sonore. Les trois Gonflables offrent de temps à autre un concerto de cliquetis avec leurs cristaux qui s?entrechoquent. Un événement où la tension est palpable et dans lequel les ?uvres, emportées par leurs mouve-ments, flirtent avec leur propre autodestruction.

Plus d'informations ici

Le Creux de l'Enfer
85 Avenue Joseph Claussat
63300 Thiers